Turquie

Direction Istanbul 23 Mai

Le vent est très fort aujourd'hui. Ma journée va être chargée. La nuit n'a pas été très reposante.

Concentration et attention pour rester efficace et c'est parti! L'achat d'un autre cordon pour le GPS à été rapide. Pour les fusibles ça été la même chose et gratuite! En parlant de fusible je me suis fait une petite frayeur de 2 minutes. Comme j'ai fait un deuxième test avec ce cordon de merde, j'ai grillé mon fusible de secours. Au moment de vouloir démarrer Ginette impossible rien. D'un coup tous les scénarios catastrophes qui me traversent l'esprit (composants électriques de la moto grillés...). Mais en fait comme un gros nul, j'avais pris le fusible de la moto et non celui de secours pour remplacer le fusible grillé de ma prise allume cigare. 

La route n'a pas été drôle ce jour là. J'ai fait 300 km de voies rapides pour rejoindre Istanbul. Le vent était si fort lors du passage de la frontière que j'ai manqué de tomber à plusieurs reprises. Au passage, pour la frontière Turque il faut s'arrêter à  4 bureaux différents... Le long de la route, de grosses bourgades Turque toute neuves avec uniquement des bâtiments de 6/7 étages de 40 ou 50 m de côté et ils sont tous presque identique. On dirait une poussée de champignons cubiques et roses.

A 35 km de mon points de destination j'ai commencé les bouchons. Istanbul est immense et bondée. Par une température très élevée et dans une circulation très dense et souvent coagulée, ma pauvre Ginette avec son refroidissement à air commençait à voir rouge! Alors je n'ai rien pu faire, elle s'est élancée au milieu des files de voitures, le plus vite possible pour obtenir la ventilation qui lui est vitale. Les coups de klaxon ont retenti pour faire serrer les voitures. Parfois elle suivait les motos  du cru. Mais avec les grosses valises tout était millimétré. Cette rage mécanique pris fin à 19h quand j'arriva non loin de mon point de RDV. Petite rue animée et commerçante dans la partie Européenne de la ville. Pour le moment la cuisine Turque me ravit, les viandes, les sauces, les pâtisseries, les fruits à profusion...

Le soir je vais taper à la porte de mon contact coutchsurfing. Le copain de mon contact vient m'ouvrir et me montre les deux motos qu'ils possèdent (650x BMW supermotard et une 400 honda basique que nous n'avons pas en france). Il est super accueillant et m'indique qu'Ayça arrivera plus tard. Et là le meilleur de tout, je prends une douche!  Ayça arrive un peu plus tard, exténuée par ça journée de taf.

Dormir, dormir, dormir... pour récupérer de toute cette route de ces nuits pourraves à transpirer dans mon matériel de camping en matière synthétique. Il y a des nuits où je me réveille dans mon sac de couchage tellement englué et dans la difficulté de m'en extraire que je pense instantanément à ces mouettes prises dans les nappes de l'Erika qui s'évertuent en vain à déployer des ailes collées par cette poix noir.

Un jour de remise en forme 24 Mai

Ayça m'avait prévenu qu'ils n'étaient pas là le matin et qu'il n'y avait pas de troisième clef pour moi. Donc, j'ai passé la matinée à gratter l'ordi après une vrai nuit dans un lit. l'après midi, vers 14h30, Ayça est rentrée et elle a dû penser que j'étais vraiment pas dégourdi, car je n'arrivais pas à émerger de ma léthargie. Elle, au contraire, est une boule de nerfs, ultra dynamique qui n'a pas les deux pieds dans le même sabot. Le mieux était de prendre l'air. Je suis donc parti avec les recommandations d'Ayça pour mon itinéraire, ainsi qu'un plan de la ville en Français qu'elle m'a prêtée. N'étant pas fait pour le monde Urbain et ayant passé les trois dernières semaines à airé pénard avec Ginette dans des montagnes sauvages, j'ai été déstabilisé par la foule. N'arrivant pas à me concentrer sur mon itinéraire, j'ai marché au hasard, un coup à gauche, un autre à droite... à travers tout un tas de rues. 

dsc06918.jpg

Après trois ou quatre heures de marche mon esprit à fini par accepté tous ces visages, toute cette circulation, toutes ces publicités, toutes ces informations, la vitesse à laquelle tout cela bouge et le fait que moi, je ne suis qu'un petit poisson dans cette océan grouillant et indifférent. 

dsc06922.jpg

Un autre bon repas en ville et me revoilà chez Ayça. On a l'occasion de discuter. J'apprends que les taxes sont très élevées sur les motos. La TVA est de 18 % et il y a une taxe additionnelle de 35 % pour les moto de plus de 200 cc. Ce qui fait donc plus de 50 % de taxes. Les importations de moto étant surement moins nombreuse ici, le prix en est que plus élevé. Je vous laisse le plaisir d'imaginer le prix d'une KTM, par exemple. Pour vous éclairer au cas ou, c'est de l'ordre du double de la France. Il faut aussi noter que le prix de l'essence est proche de 2 Euros. Au début j'ai pensé être tombé sur la mauvaise station, ou bien encore me tromper dans la conversion. Ici, il faut vraiment être passionné pour faire de la moto. 

Visite 25 Mai

Un peu de culturel avec la visite de la vielle ville d'Istanbul. J'ai essayé d'y être tôt et ce n'était pas du luxe vu la foule de visiteurs qui est arrivée en cours de journée. Heureusement, le copain d'Ayça m'avait passé des tickets d'entrée (comme il travaille dans le tourisme il a les tickets pour les clients, je n'ai eu qu'à lui payer les tickets que j'avais utilisé dans la journée). Ce qui m'a évité de longues filles d'attente pour pouvoir payer les billets. J'ai commencé par la mosquée bleue qui est gratuite elle. 

dsc06927.jpg

dsc06931.jpg

J'ai également visité Sainte Sophie et le Topkapi Palace musé avec la partie Harem. Tout cela était grandiose, mais très fatigant était donné la température excessive et la foule qui l'était encore plus. L'été ce doit être horrible. J'ai donc mon compte en marbre et en céramique. Je ne vais pas vous faire la description exacte des les lieux, google image le fera mieux que moi dans tous les cas.

dsc06951.jpg

Un petit passage par le souk pour terminer mon bain de foule et je peux rentrer.

dsc06956.jpg

Pour terminer de mettre mes nerfs à l'épreuve, j'ai faits le trajet entre chez Ayça à chez Basar en moto pendant les heures de pointes. Les 20 et quelques km de trafique étaient intenses comme vous pouvez l'imaginer. C'est avec plaisir que je suis arrivé chez Basar qui m'a reçu comme un roi! Ce Gentleman Turque m'a accueilli dans sa confortable maison avec un repas sur sa terrasse, dont la vue sur Istanbul est magique à la tombée de la nuit. 

dsc06961.jpg

Une journée familiale 26 Mai

Ce jour là c'était l'anniversaire du Père de Basar. Comme la maison de Basar fait partie d'un complexe de trois maisons, comprenant celle de ces parents et celle de sa sœur, l'organisation d'un repas en famille s'en trouve facilité. J'ai donc partagée avec plaisir, cette paisible journée avec eux. La sœur de Basar avait vécu à Grenoble, dans sa jeunesse, ce qui m'a permis d'entendre un peu de Français. 

sdc10297.jpg

Quelques courses 27 Mai

Mon pneu arrière s'usant un peu trop vite il me fallait acheter un autre pneu d'avance. Bon, c'est aussi difficile à juger car durant les 3000 premiers km le pneu s'est usé rapidement. Maintenant, il me semble que cela va moins vite. C'est peut être en raison de la surface de plus en plus importante du pneumatique avec le sol, du fait de l'usure... Bref, la peur de manquer, vous savez ce que c'est. J'ai été au magasin que m'avait indiqué Basar. Je me serais cru à Dardilly avec tous ces magasins de moto. Avec les taxes les pris sont extravagants. J'ai donc, acheté un TKC 80 en 120/90 pour 127 Euros après avoir fait baisser le prix original de 150 E. Le même pneu en France m’aurait coûté moins de 90 E. J'ai même pris 2 litres d'huile. Je peux maintenant assurer l'entretien de la moto pour les 15 000 prochains km.

dsc06969.jpg

Un peu de promenade le long de la mer et retour chez Basar pour faire un brin d'entretien à Ginette. Le soir j'ai passé un autre repas riche en conversation avec Basar. Le temps file à toute vitesse...

Direction le Sud 28 Mai

Toute chose a un fin. Je quitte l'agréable compagnie de Basar pour me diriger vers le sud à Pamukkale.

sdc10301.jpg 

Ce jour là j'ai établi mon nouveau record avec 450 km parcourus. Comme je prends essentiellement des petites routes et que Ginette ne dépasse pas la vitesse du son, ça représente quelques heures en selle. La route à été variée et comme il y a beaucoup de montagnes les vues sont superbes. J'ai suivi l'itinéraire que m'avait indiqué Basar, cela doit y être pour beaucoup dans l'agrément le trajet. En tout cas j'ai gagné du temps en prenant un ferry à Gebze.  

dsc06984.jpg

Le soir j'ai trouvé un petit coin pour poser la tipi juste avant la nuit.

Pamukkale 29 Mai

J'ai avalé en vitesse les 80 km qu'il me restait à faire pour arriver à Pamukkale. Depuis la veille, j'ai remarqué un petit jeu dans le train avant de la moto, il me faudra prendre le temps d'examiner ça correctement. En m'approchant du site de Pamukkale, je me suis demandé ce que pouvait bien être cette coulée blanche qui dévalait la montagne. J'avoue ne pas trop me renseigner sur ce que je vais voir. Juger par vous même, le pingouin que vous voyez sur cette banquise est juste là pour vous donner une idée de grandeur.

Il s'agit d'une source en eau tellement riche en calcaire qu'elle forme une croûte épaisse de cette matière. 

dsc06992.jpg

Les jeunes filles mettent un point d’honneur à reparti du site, avec en poche au moins une quinzaine de photos d'elles en maillot de bains. Je n'ai pas trouvé le principe inintéressant.

dsc06999.jpg

Vu le côté exceptionnel de l'endroit, il y a de nombreux siècles que les bâtisseurs ont modelé les lieux.  

dsc07009.jpg

Lors de la visite j'ai eu la chance de rencontrer Jackie, une jeune Américaine. Cette journée, en bonne compagnie dans ce lieu surréaliste, s'est mue en vacance relaxante. La chaleur étant de plomb nous voulions nous baigner dans la piscine aménagée, mais les 32 L (13 Euros) nous ont calmés. Nous avons regardé comment frauder sans trouver de moyen. Nous avons donc été dans l'un des basins naturel jusqu'à ce que l'un des vigile nous jette. Il y a de la rigueur dans les lieux classés Unesco et aussi des prix élevés...  

dsc07022.jpg

Les couleurs sont si étonnantes que l'on en mangerait.

Bref, étant si bien détendu j'ai tout bonnement été dans l'eau avec mon appareil photo dans la poche. Je vous laisse imaginer le sursaut que j'ai fait, au moment où je m’apprêtais à vouloir le chercher pour faire une photo. Avec les conseils de Jackie je l'ai laissé sécher au soleil.

La fin d'après midi approchait, cette parenthèse de farniente prenait fin. 

J'ai en suite filé pour me rendre chez mon hôte. Les gens sont fort aimables et essayent toujours de m'aider à trouver ce que je cherche. J'ai fini par retrouver Bilal un jeune enseignant dynamique et dont le sourire ne quitte jamais le visage. J'ai encore une fois été très bien reçu. Bilal et sa femme également enseignante, tout deux d' Anglais, m'ont parlé de la Turquie et des nombreux voyageurs qu'ils ont hébergés. Bilal m'a expliqué qu'il comptait bien faire un voyage en moto.

Bricolage/route 30 Mai

Aujourd'hui pas de photo comme vous pouvez le supposer. Le matinée s'est évaporée entre la mise à jour du site web, le petit déj costaud concocté par Bilal et ma petite mise au point de Ginette. Cette dernière avait le T de fourche supérieur desserré ainsi que la colonne de direction sur le point de faire de même. J'ai démonté tout ce petit monde pour pouvoir tout remonter en contrôlant la contrainte de la colonne de direction. 

Au final je suis parti à 13h. La route n'a pas été très intéressante. Les routes sont très souvent des deux fois deux. Il y a qu'à partir d'Egidir que j'ai repris vie. Pour rejoindre le lac de Beysehir je suis passé par un col avec un panorama superbe. Pas de photo sorry.

Petit campement improvisé proche du lac.

Arrivé en Cappadoce 31 Mai

Je n'ai pas eu la possibilité de prendre de photo du joli lac que je quittais et s'étais vraiment dommage. Un peu plus tard dans la journée, j'ai essayé de refaire marcher mon appareil photo. Cela n'a pas été facile. L’objectif se coinçait. Il avait parfois de petites difficultés, mais maintenant ça grippait. Le fait d'avoir pris un bain dans l'une des eaux les plus calcaires du monde ne doit pas vraiment être bénéfique. En cours de journée je suis parvenu à faire fonctionner l’objectif mais les photos étaient toutes blanches. Je me suis résolu à aller dans un centre commercial pour en acheter un nouveau. Dernier essai avant d'entrer de le centre et là il fonctionne au deuxième coups! Comme quoi il n'y avait que la menasse de le mettre au rebut pour le décider.

En fin d'après midi je suis arrivé en Cappadoce. Regardez les photos, ça vaut le coup.

dsc07057.jpg

dsc07062.jpg

J'ai trouvé un petit camping avec un personnel dès plus sympathique. Le soir j'ai essayé de faire un tour dans le village pour me faire un compagnon de soirée pour le repas, mais ce fut un coup d’épée dans l'eau. Je n'ai croisé que des familles et des couples. 

Visite de la Cappadoce 01 Juin

J'ai commencé ma journée par la fameuse vallée de l'amour. Regardez et vous comprendrez pourquoi:

dsc07090.jpg

dsc07091.jpg

Face à cette armée de nichons et de phallus géants dressés vers les cieux personnes ne peux contourner l'évocation.

dsc07114.jpg

Comme vous le voyez, il est également possible d’habiter dans un kiki géant.

dsc07126.jpg

dsc07148.jpg

La cappodoce est tellement vaste, que vouloir tout visiter revient à vouloir visiter toutes les maisons qui se trouvent au Puy. J'ai passé ma journée à crapahuter sous un soleil de plomb et j'ai dû m'arrêter pour éviter l'insolation. La tête comme une pastèque, je suis allé retrouver Ginette qui m'attendait sagement à l'ombre. 

Je suis allé au camping pour passez à l'ombre, dissiper ce mal de tête et me laver de toute cette sueur.

Des bornes 02 Juin

Ce jour là j'ai encore repoussé mon record de kilomètres avec 550 km. Le réseau routier Turque étant en grand travaux, il y a les routes neuves, les routes en chantiers et celle qui restent à faire. J'ai aussi bien fait de la 2 fois 2, que du petit chemin, en passant par la piste poussiéreuse. 

Mon appareil photo fonctionne quand il a envie maintenant, ce qui n'est pas suffisant, car aujourd'hui il a refusé de marché jusqu'au soir. Il me faut trouver un magasin correct.

J'ai fini par arriver à Adiyaman, une ville assez importante pour posséder un large choix de commerce. J'ai trouvé un petit hôtel un peu miteux et au kebab voisin j'ai fait la connaissance d'Emin et d'un de ses potes. 

dsc07199.jpg

Nemrut 03 Juin

J'ai acheté un nouvel appareil photo et je suis parti pour Nemrut, avec surement trop d'élan, car j'ai dépassé l'intersection du site de près de 20 km. Le site est au sommet d'une montagne très raide. Il y a un tas de rocailles en forme de pyramide. Du côté Est et Ouest se dressent de colossales statues d'un roi et de sa famille datant du 1er siècle av Jc. Le panorama est impressionnant, mais malheureusement il y a de la brume dans la vallée. Il y a un sentiment d'éternité quand on regarde ces statues de plus de 2000 ans situes à plus de 2200 m d'altitudes.

dscf0006.jpg

dscf0012.jpg

Il y a d'autres vestiges dans les environs comme ce début de tunnel. Il a été creusé dans une roche à l’apparence vraiment très dure et ferrait 1,5 km de long, pour passer sous une gorge de manière à servir de passage secret à un château.

dscf0037.jpg

 

Que des montagnes 04 Juin

Maintenant, il me faut filer au Nord. Il n'y a que des montagnes dans cette partie de la Turquie. J'ai commencé par 80 km de pistes escarpées. Après cet échauffement j'ai avalé les kilomètres à bonne vitesse. A Aragpir je fais une pause dans un petit resto à grillades. Le resto est tenu par le père d'Anil et lui même y travaille. La mère d'Anil n'a pas voulu que je paye et ils se sont montrés si accueillants.

dscf0077.jpg

Comme vous pouvez le voir les lieux sont pentus et très arides.

dscf0078.jpg

Puis, je suis arrivé à une route comme dans les films d'aventures. Basar m'en avait parlé, mais je ne me souvenais pas du lieux où elle se trouvait. C'est dans une gorge très escarpée qu'a été taillée une route dans la roche. Sur 10 km on passe dans des tunnels et des corniches sur une piste large comme un véhicule. Franchement il ne faut pas faire le moindre écart.

dscf0081.jpg

Un peu de camping improvisé pour finir.

Fin de la Turquie 05 Juin

Sur la route pour aller à Trabzon, j'ai dû m'arrêter le temps qu'une petite manœuvre de sauvetage s’opère. 

dscf0092.jpg

J'ai visité le monastère Sumela, qui est perché à flanc de corniche. Si il est intéressant de l’extérieur, par contre la visite de l'intérieur n'est pas vraiment nécessaire. Les lieux sont presque vides.

dscf0093.jpg

Pour finir, j'ai roulé directement jusqu'à la Géorgie. Je suis arrivé à Batumi dans le but de faire mon visa Azéri. Le passage de la douane fut amusant pour une fois, la jeune contrôleuse avait plutôt plaisir à s'occuper d'un petit Français et de ce fait elle n'a pas été pénible. La ville est étrange, un drôle de mixe architecturel entre les différents continents alentours.  

Commentaires (5)

1. Arno 04/06/2013

Ola man!!
oula mais je vois que je suis grave en retard...bon je vois que tout a l'air de bien se passer!
je ne voyais pas la turquie comme ça et surtout ces maillots de bain!!
en tout cas savoures comme il se doit et fais attention !!
bonne continuation Arno

2. zepline (site web) 26/05/2013

Merci pour le conseil.
Comment as tu trouvé mon site? Par Forum voyage?

Je vais donner le maximum d'info pratiques sur le côté administratif. Je vais faire une rubrique à ce sujet.

Bonne route

Ps, tu peux me contacter par mon adresse mail.

3. Steph' 25/05/2013

Hell Ow !
Heureux de voir que tu réalise enfin ton périple !
C'est Alice qui m'a tenu au courant de ton départ avec Ginette !
Pourvu que tout se passe bien !
Bonne continuation !
Tchô

4. Pseritz 25/05/2013

Bonjour, je suis un anonyme adepte des voyages tel que le vôtre (le tiens, entre motard...).
J'ai fais un tour en Turquie en 2012 en Transalp, et également en Mongolie en 2012 (arrivé en avion et sur motos locales). Actuellement je prévoie moi aussi de partir de France pour un tour du monde ou que sais-je. En fait je te suis depuis le début mais ce n'est que ce jour que je me décide à écrire.

Je sais ce qu'il t'attends en Mongolie, tu vas pas être déçu.
A ce propos, gagne du tempsp et suis mon conseil : En Mongolie tu sera nourri et logé pour les nuits gratuitement. N'hésite pas à te poser à 20 ou 50 mètres des yourtes et tu verras que tous, sans exceptions, viendrons t'inviter dans leurs habitations, te nourrirons et t'hébergerons. Pense simplement à des petits cadeaux pour les enfants.

Voilà j'ai hâte de lire la suite de ton voyage, concernant les passages aux frontières (ça pourrait me servir pour mes prochains voyages) et le reste d'une manière générale.

Bonne route !!!!!

5. vocanson 24/05/2013

Coucou, je constate que ton périple se passe bien , le cite est bien fait avec de très jolie photos!! vous souffrez de la chaleur avec ginette ! nous on souffre du froid, les températures avoisine les zéros degrés et ce matin nous avons eu le droit a la tomber de quelques giboulées. Le soleil je ne sais plus combien de temps cela fait que l'on ne la plus vu .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×