Le pourquoi / Why

Pourquoi, pourquoi, pourquoi... pas

Alors oui, pourquoi cette idée! 

L'école, le travail, le chez soi, les weekends, les amours ou pas, les responsabilités vers lesquelles il faut se diriger (ou se résigner... bon j'exagère peut-être un peu)... Bref, un programme prenant, envahissant qui vous envoie au quatrième âge avant même d'avoir jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. 

Devant se constat synthétisé pour l'occasion, on se dit que l'on jouera bien le jeu comme les autres car ça doit pas être mal. Mais bon, la il y a des questions qui arrivent aussi. De quoi se souvient-on au cours des années? Il m’a semblé que ce sont surtout les choses qui sortent de l'ordinaire qui nous marquent et nous font sourire. Même les petits pépins que nous rencontrons finissent bien souvent par être des anecdotes, que l'on a plaisir à raconter. Autre chose, les surprises et leur goût sans égale. Qu'une chose positive vous arrive après l'avoir attendu ou lui avoir couru après est bon. Mais quand cette même chose positive vous arrive sans même l'avoir imaginée, il y a une cette petite sensation d'avoir une bonne étoile qui vous gâte. Il y a aussi l'énergie que sa donne de voir de nouvelles personnes, de nouveaux paysages, de nouvelles manières d'être, de faire, de construire, de penser...

Concrètement, face à ce besoin de remplir sa besace en souvenirs et images nouvelles je n'ai trouvé qu'une chose, c'est de m'évader un peu du quotidien. Pour cela rien de mieux que de partir en voyage. Avec le peu de recul que j'ai, je me suis rendu compte que ce que j'aimais le plus ce sont les promenades, que ce soit pour une après midi, un weekend ou plus. Au final pourquoi ne pas faire une grande promenade. Partir de là où l'on est pour découvrir tout ce qu'il y a sur la route au fur et à mesure. Pour ma part je n'ai pas trouvé de meilleur moyen que de partir avec une moto, que ce soit pour arpenter les petits chemins de notre campagne ou les routes qui vous emmènent toujours plus loin.

C'est une chose, mais la question que l'on me pose c'est avec qui je pars. Bon, je pars seul en tant que bipède, mais je serais avec Ginette ma compagne pochtronneuse de sans plomb 95. Oui je serais bien parti à deux, mais faute de connaitre un(e) globtrotteur(euse) dispo, je ferai sans. Attendre les autres pour faire ce que l'on veut, c'est le plus sûr moyen de ne jamais passer à l'action. En prenant les choses du bon côté, c'est aussi le meilleur moyen d'en prendre plein les yeux et ... plein la gueule. Quand on voyage seul on reçoit plus de choses qu'elles soient bonnes ou moins agréables parfois.

En suite, un bon creux de vague sévissant dans l'entreprise où je travaillais m'a aidé à me sentir plutôt libre! 

Commentaires (1)

1. Mylene 16/07/2013

Alllo ,
Plusieurs personnes que je connais sont partis en tdm...Je me demandais si tu avais une page facebook aussi?:)
J'ai comme projet de partir aussi qqs mois...alors je suis ton périple on ne sait jamais ...P-e allons nous nous croiser sur les chemins du monde;

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site